3. Initiatives des associations

a) L'association RENER

L'association RENER vise la promotion des technologies de l'information et de la communication comme pilier du développement de l'éducation et de la recherche au Burkina Faso.

L'association regroupe les principaux acteurs des NTIC au Burkina : le Conseil Africain et Malgache pour l'Enseignement Supérieur (CAMES), le Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), le Centre SYFED, l'Ecole Inter-Etats des Ingénieurs de l'Equipement Rural (EIER), l'ORSTOM, le Réseau Africain de Formation à Distance (RESAFAD) et l'Université de Ouagadougou et prochainement le Centre International de Recherche en Agronomie pour le Développement (CIRAD).
L'action de l'association se traduit notamment par le développement du réseau RENER, réseau de la recherche déjà évoqué précédemment. Chaque membre de l'association est responsable de la mise en place et de la gestion de son réseau local.

b) Réseau d'Information et de Formation sur le Développement (RIFOD)

Le RIFOD est une Organisation Non Gouvernementale (ONG), son action se concentre sur les objectifs suivants :
- Informer sur le potentiel du Burkina Faso en matière de nouvelles technologies de l'information ;
- Communiquer sur des thématiques prioritaires liées au développement durable.
- Organiser des formations sur place ou à distance sur les NTIC.

c) Yam Pukri

L'association Yam Pukri est une initiative de Sylvestre Ouédraogo, enseignant-chercheur de l'Université de Ouagadougou. Elle regroupe des burkinabé qui souhaitent promouvoir l'internet dans leur pays.

Yam Pukri signifie en français " éveil de l'intelligence ". L'association intervient dans les domaines suivants :
- Formation en informatique et en Internet pour le public jeune de préférence ;
- Formation en pages web ;
- Formation en maintenance informatique ;
- Vulgarisation des nouvelles technologies ;
- Création et gestion de cybercentres (3 sont fonctionnels).


Yam Pukri a notamment ouvert le centre Yam-net qui tient lieu de Centre de Formation et de cybercentre avec une douze ordinateurs connectés à Internet.
Le centre comprend 2 salles de formations équipées d'une dizaine de machines chacune.

Le cybercentre est ouvert à tous. Il est surtout fréquenté par des étudiants et des élèves (40%). L'association souligne que c'est la messagerie électronique qui attire le plus d'utilisateurs. Le cybercentre accueille en moyenne une vingtaine de personnes par jour.

d) NTBF

L'association Nouvelles Technologies au Burkina Faso (NTBF) a été créée dans l'objectif de promouvoir l'utilisation des nouvelles technologies et des logiciels libres.

L'association est présidée en France par Younoussa Sanfo et au Burkina par WEPIA Korabié. Elle regroupe en majorité des personnes qui, à l'image du président français de l'association, sont déjà impliquées à titre personnel dans l'animation de sites web sur le Burkina.

L'association a organisé en 2002 le séjour de 5 mois d'un étudiant en informatique français qui a assuré de nombreuses formations à la conception multimédia.

e) RECIF / ONG-BF

Les femmes représentent environ 52% de la population du Burkina Faso et jouent un rôle socio-économique important dans la société. Elles sont non seulement souvent piliers de l'économie notamment informelle et relais d'information pour l'éducation, l'hygiène et la santé.

L'enjeu de la participation des femmes à la croissance est donc majeur. Or, les facteurs socioculturels limitent fortement l'accès des femmes au savoir-faire technique . Un accès à l'information en général et aux NTIC en particulier doit leur être ménagé afin de leur assurer une place dans la société de l'information.

C'est cette question qui a conduit le RECIF à agir en multipliant les initiatives en faveur d'une meilleure connaissance des pratiques d'utilisation d'Internet par les femmes .

f) Le club@

Le club est une Association pour la promotion des NTIC dans les médias.
Les objectifs de l'association sont les suivants :
- Créer sur la problématique des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) pour les professionnels des médias un cadre convivial d'échange d'idées
- Former les professionnels des médias à l'utilisation des NTIC ;
- Informer et sensibiliser les professionnels des médias sur les enjeux des NTIC au plan national et international ;
- Inciter les professionnels des médias à sensibiliser les usagers sur les enjeux des NTIC par la production d'articles et d'émissions sur le sujet ;
- Participer à des opérations d'information et de sensibilisation sur les NTIC au niveau national et international ;
- Etablir des partenariats avec les opérateurs nationaux et internationaux en matière de NTIC.

Le Club@ a organisé récemment une journée de formation sur les nouvelles technologies de l'information et de la communication, avec l'appui de l'IICD, l'institut pour la communication et le développement.

g) Réseau Girafe-info

Le réseau Girafe-info agit en faveur de la création d'un contenu burkinabé sur le web. Il a réalisé dans ce cadre une dizaine de sites web en relation avec le Burkina Faso. Il effectue également des formations à la conception web, à la bureautique et à l'administration réseau. Trois formations ont eu lieu dans ce cadre.

Après cet aperçu de la situation de l'internet au Burkina Faso en 2002, nous allons maintenant nous pencher sur les enjeux qui accompagnent le développement de l'internet dans ce pays et en Afrique Francophone d'une façon plus générale. Nous examinerons auparavant les difficultés posées par la culture orale africaine dans le développement de l'internet et nous observerons les incidences socioculturelles des contraintes liées à l'utilisation des nouveaux outils de télécommunications.

 

Page précédente